Hoffnungsbarometer

Es kommt darauf an, das Hoffen zu lernen. (Ernst Bloch)

Enquête „baromètre de l’espoir“ de l’espoir 2013

Hinterlasse einen Kommentar

Introduction

L’enquête de l’espoir (baromètre de l’espoir), vaste et largement supportée, fut conduite pour la quatriéme fois en novembre 2012, comprenant 7’575 participants en Suisse et 11’339 en Allemagne.

C’était pour la premiére fois cette année que cette enquête fut conduite aussi en Suisse romande et en Allemagne.

  • en Suisse 4’456 questionnaires  avec 149 variables étaient évalués, dont 3’794 en Suisse allemanique et 662 en Suisse romande.
  • en Allemagne 6’956 questionnaires étaient évalués.

Les responsables de cette enquête sont Dr. Andreas M. Walker, initiateurde l’enquête, fondateur de “weiterdenken.ch” et co-président de swissfuture, l’association Suisse pour la recherche de l’avenir, ainsi que Dr. Andreas Krafft, directeur académique et member de swissfuture, professeur à l’Université de St. Galles. Swissfuture est une association membre de la SAGW, Association Suisse des Lettres et  Sciences Sociales.

 

Les résultats les plus importants

 

Les “héros de tous les jours” restent le numéro 1 comme représentants d’espoir

Comme l’année précédente, la majorité des Suisses (62%) regarde comme représentants d’espoir en premier lieu “le grand nombre des héros de la vie quotidienne”. Les Conseillers d’Etat et les capitaines industrielles étaient nommés par moins de 10%.

Une exception représente Barack Obama, réélu en novembre dernier comme président des Etats-Unis, qui, avec 43%, a atteint le peloton de tête. Lors de son nomination en 2009 pour le Prix Nobel de la Paix, il était déjà une fois le numéro 1, mais dans les années suivantes a reculé sur places 4 et 7.

 

L’Ile de l’espoir pour 2013

Dans leur vie privée les Suisses sont optimistes pour l’année 2013 (74%) De même, sur le plan de la politique nationale (61%) et l’économie nationale (61%), une vue optimiste prédomine pour 2013. Sur le plan global pourtant la vue est plus critique: env. 70% sont pessimistes en ce qui concerne la politique et l’économie. Même plus que 75% sont critiques en ce qui concerne les questions humanitaires, à savoir assurer la paix ou lutter contre la famine.

Ce qui surprend: le plus l’homme est affecté de plus près, le plus grand est son optimisme – signe de son engagement et son sens de responsabilité dans un domaine qu’il sait contrôler et influencer? Ou plutôt une retraite devant les défis et crises globaux, écologiques et humanitaires?

 

Les relations intimes dans la famille et le partenariat de vie continuent à être le lieu favorisé de l’espoir.

89% ont nommés “un mariage heureux, la famille, un partenariat” comme espoir personnel le plus important – même avant la santé personnelle (82%), et encore plus signifiant que les espoirs sociaux évalués par le questionnaire.

Malgré les multiples théories sur weak ties, Social Medias in Cyber Space, global business ou organisations supranationales – l’espoir comme intention de l’avenir est premièrement exprimé en Suisse par des relations sociales étroites dans le domaine familial et privé.

Le partenaire (rang 4), les propres enfants (6) et les propres parents (8) sont les trois catégories de membres de famille constituant un tiers des premiers dix points comme garants de l’espoir pour l’année à venir.

Ainsi dans les groupes de personnes dont on attend spécialement de l’espoir, le réseau intime (familial) range sur les premières places: le partenaire est très important (78%), parents et grands-parents, redevenus plus importants pendant les dernières années, (72%) et les amis (70%).

Dans les propres activités également le discours avec le partenaire est très important pour 47%, la motivation par la famille pour 41% et celle par les amis pour 39%. Conformément, parmi les différents indices du baromètre de l’espoir, l’index de relation se monte à 4.08 points (dans une échelle de 1 à 5).

 

Confiance en et responsabilité de la propre personne sont-elles moins importantes?

Même si comme l’année précédente, le vote: “ je prends responsabilité et je m’engage” est très important pour 63% et occupe le premier rang des mesures personnelles à prendre pour atteindre cet espoir, une crise de la confiance en et de la responsabilité de soi-même semble se manifester.

Parmi les garants d’espoir le vote “je mets mon espoir sur moi-même“ est successivement tombé du rang 1 au rang 3 pendant les derniers trois ans. Il y correspond que parmi les groupes de personnes dont on attend particulièrement qu’ils transmettent l’espoir, „la responsabilité individuel“ est tombée du rang 1 au rang 6 pendant les dernières quatre années.

Par contre, une attitude de revendication envers les professionnels est en montant: “médecins et psychologues” ont avancés sur rang 4 et “personnes d’instruction” sur rang 5. S’agit-il ici d’un certain fatalisme que désormais les “profis” doivent trouver les solutions? Ou les participants ressentent-ils une impuissance en face des développements de plus en plus complexes et dynamiques?

De même, après trois ans sur la première place, “l’indépendance personnelle et la libre disposition” ont disparu de l’échelle des premiers dix. Indique-ceci peut-être une rochade avec la valeur “sécurité”?

 

Les espoirs sociaux sont fortement empreints par la présence médiale et l’actualité politique

Il se fait remarquer pendant plusieurs années que dans la question des espoirs sociaux, la présence médiale et l’actualité politique journalière y sont responsables.

La paix religieuse, étant en 2009 sur rang 5 grâce au vote sur les minarets, ce thème a complètement disparu depuis.

L’espoir du “succès contre le changement du climat” semble être échangé contre l’espoir des “nouvelles sources d’énergie remplaçant l’huile, l’uranium et le gaz géologique”.

L’espoir de “moins de criminalité”, ensemble avec l’espoir de “la paix sociale” ont atteint rang 1. L’espoir de “moins de criminalité”, de même que celui de “moins de violence juvénile” paraissent en corrélation avec le niveau d’éducation et le sexe: pour les femmes mal éduquées ces aspects sont plus importants que pour les hommes bien éduqués.

 

Curiosum: quelle minorité est donc pour un contingent féminin?

Malgré la grande présence médiale pendant les derniers mois, concernant les espoirs sociaux pour 2013, le “contingent féminin” ne fut pas considéré. Chez les hommes, de même que chez les femmes il figurait sur le dernier rang, à savoir avec 1.535 points sur une échelle de 1 à 3.

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s